Tristesse

Il y a 40 ans environ, j’ai commencé à acheter un quotidien d’extrême gauche fondé par Serge July et Jean-Paul Sartre, entre autres. Ce journal, Libération ou « Libé », est progressivement passé de l’extrême à la gauche (moi aussi) et je l’ai donc acheté pendant au moins 35 ans tous les jours. Ces dernières années je me suis abonné à l’édition numérique, je le lisais donc sur Internet. Essentiellement parce que 12 € par mois, c’est moins cher que 1,40 € par jour (entre temps, il a encore augmenté), mais aussi, parce que j’estimais que ce journal ne « valait » pas plus de 12 € par mois.

Continuer la lecture de « Tristesse »

Editocrate impartial de droite : Jean-Michel Apathie

Jean-Michel Apathie qui officie comme intervieweur et blogueur sur RTL, comme intervieweur et chroniqueur sur Canal+ est de ces éditocrates médiatiques qui, sous un vernis d’indépendance et d’impartialité, propagent des idées de droite. JMA (Jean-Michel Apathie) le proclame à chaque élection : il ne vote pas. Traduction, il n’est ni de gauche, ni de droite. Désolé de vous l’apprendre, monsieur Apathie, vos idées sont bien de droite. Vos questions le montrent bien.

Interview de Cécile Duflot par Jean-Michel Apathie

Continuer la lecture de « Editocrate impartial de droite : Jean-Michel Apathie »

Admirons la réactivité des DNA

Delphine Wespiser, miss Alsace a été élue miss France hier soir. Comment je le sais ? Grâce à la une du site de Libé  (à 8h03) :

Miss France dans Libé

Et les Dernières Nouvelles d’Alsace, qu’en disent-elles ?

Le dimanche matin, à 8h00, on dort aux DNA. La preuve, cet entrefilet en 6ème position dans la page :

Miss France dans les DNA

Honte à France Télévision

J’aime bien regarder les films en VOST (Version Originale Sous-Titrée). J’avoue qu’il me faut quand même les sous-titres en anglais, et en coréen, je vous laisse deviner. Mais avec un peu d’habitude, l’ambiance du film est bien plus fidèle qu’en VF (Version Française) malgré les efforts louables des gens qui font la post-synchronisation.

Sur le satellite, Canal+, Canalsat, ce service est disponible depuis longtemps. Les films sont diffusés en version multilingue. Chacun choisit sa version. Arte, également propose ce service, pas pour tous les films, malheureusement.

Depuis quelques temps (mois, années, je ne saurais dire) TF1 propose également ce service sur les réseaux numériques. Si vous regardez un film sur TF1 sur la TNT, vous aurez droit à la VF, si vous avez la chance de capter cette chaîne par Internet (Neufbox, Freebox, etc. ) vous aurez le choix, VF ou VOST. Vous avez même le choix pour les séries. Essayez les experts en VOST pour connaître la vraie voix de William Petersen.

Ce service que les chaînes commerciales offrent à leurs téléspectateurs, France Télévision est incapable de l’offrir aux contribuables qui payent la redevance. Rappelez-vous (si vous avez plus de trente ans) le Ciné-club, le Cinéma de Minuit. Le service public était le seul endroit où on pouvait voir des films en VOST.

Apparemment, France Télévision considère maintenant son public trop stupide pour apprécier la VO.

Libé pour DSK ?

3 pages plus une grande photo en une pour exorciser les malédictions de Mélenchon à l’encontre de DSK ? Le jeu en valait -il la chandelle ?
Une fois de plus Laurent Joffrin, et Libé à sa suite, roulent pour la gauche officielle.
A part quelques belles formules, que reproche Laurent Joffrin à JL Mélenchon ? De s’en prendre à DSK alors que celui n’a encore rien dit.
Pourtant, Laurent Joffrin dit lui-même « On peut critiquer l’action du patron du FMI, soupçonner son modérantisme ». C’est ce que fait Mélenchon, notamment à propos des mesures que le FMI a imposées à la Grèce. Mélenchon ne le juge pas sans preuve, ne le condamne pas sans savoir.
C’est justement parce que Mélenchon a vendu son livre à 60 000 exemplaires (60 000 pour un essai politique ! Monsieur Joffrin, vous connaissez sûrement les chiffres de vente habituels de ce genre d’ouvrages), que certains essaient de le rabaisser. « sa popularité stagne, est en baisse », alors pourquoi lui consacrer 3 pages ?
Je trouve déplorable que Libération mène ainsi campagne pour le PS plus d’un an avant la présidentielle, même si je ne suis pas Mélenchonien (moi aussi le « Cuba n’est pas une dictature » me reste en travers de la gorge).

Commentaire posté à l’instant sous l’édito de Laurent Joffrin sur le site de Libération :

Lettre à Laurent Joffrin

Monsieur Joffrin,

Vous avez pris la direction de Libération il y a environ trois ans. Moi, je l’achète tous les jours depuis plus de trente ans. Il n’y a qu’un ami que je fréquente depuis plus longtemps que Libé. Ces derniers temps, je me suis cependant plusieurs fois demandé si je n’allais pas rompre mon amitié avec Libé.

Si je lis Libé tous les jours, c’est primo à cause de la rigueur du travail de ses journalistes qui me permettent de mieux comprendre le monde. Comme exemple, je prendrai une enquête récente sur les difficultés de M. Obama à faire passer sa réforme de santé. Loin des raccourcis qu’on peut trouver ailleurs, notamment dans les JT : « Obama contre républicains », cette enquête explore la mentalité américaine pour comprendre pourquoi ils refusent un système genre Sécurité Sociale.
Je pense également aux excellents articles de Jean Quatremer sur l’Europe, mais aussi à beaucoup d’autres.
Je note aussi l’excellente rubrique Intox/Desintox parmi d’autres.

C’est pourquoi je trouve un peu inutiles les quatre pages dont vous avez fait l’honneur à Monsieur Frêche. Je dirais que c’est un peu une constante ces derniers mois que la place accordée aux bisbilles internes au PS occupent bien trop de place dans mon journal.

La deuxième raison, c’est que Libé, je le croyais jusqu’à présent, est de gauche comme moi, c-à-d. qu’il vise un monde plus juste où chacun a le droit de manger à sa faim, d’avoir un toit au-dessus de sa tête, enfin, la base quoi. Mais la vrai gauche, pas la gauche des salons parisiens.

Ces derniers mois je vois cependant des choses qui ne me plaisent guère. Notamment ce cahier spécial de 16 pages le week-end dernier sur la Formule 1. 16 pages sur la Formule 1 dans un journal de gauche ? Vous avez fait une enquête marketing et avez découvert que votre lectorat était accro à la Formule 1 ?

Vous avez dernièrement été un peu brocardé dans un livre : « Les Editocrates ». Je trouve qu’on voit souvent deux de vos co-victimes dans Libération : MM. Alain Duhamel et Bernard-Henri Lévy.

Le second a très souvent l’honneur de vos colonnes, et on nous précise bien à chaque fois qu’il est en partie propriétaire de mon journal.

Le premier sévit tous les jeudi dans Libé avec une chronique aussi inintéressante qu’indigeste, toujours consacrée à nos zommes politiques et à leurs petites manigances. C’est normal, c’est la seule chose qu’il sache commenter. Mais quand ce jeudi, Alain Duhamel s’est permis d’appeler à rendre le vote obligatoire puisque nos hommes politiques sont tellement nuls que plus de la moitié des électeurs ne se déplacent pas, je trouve que ça dépasse les bornes.

Un chroniqueur qui a une chronique hebdomadaire depuis des années réflète forcément peu ou prou l’opinion du journal. Si les gens de Libé pensent à l’opposé d’Alain Duhamel, pourquoi a-t-il cette chronique depuis si longtemps et si les gens de Libé pensent comme lui qu’il faut rendre le vote obligatoire, c’est qu’ils ont basculé du côté de la nomenklatura.

Je tenais à vous donner ces quelques opinions du haut de mes trente-cinq ans de fidélité.

Salutations cordiales