Symphonies, attentats et coiffeur

Mercredi 13 juillet Symphonie des deux rives, un beau concert de l’orchestre philharmonique de Strasbourg au bord du Rhin. Nous y étions, trois générations, papi, les parents et les filles.

Symphonie des deux rives 13/07/2016

Après le concert, je me suis beaucoup énervé parce que nous avons mis une heure à sortir du parking. Pas le moindre policier à l’horizon pour essayer de réguler le capharnaüm qu’était devenue la circulation rue des cavaliers. Au bout d’une heure nous avons vu arriver une voiture de la Police Municipale avec quatre agents qui avaient probablement été réveillés par un citoyen excédé.

Vendredi matin, au réveil, voyant les évènements de Nice, je me suis rendu compte que ce problème de circulation était un petit problème par rapport à ce qui aurait pu se passer.

Nous sommes sous état d’urgence depuis novembre 2015 et nos « autorités » organisent des manifestations réunissant 3000 à 4000 personnes sans, apparemment, se poser la question de la sécurité.

Plus tard j’ai regardé la déclaration qu’a faite notre président de la république vendredi matin à 4h00 (en replay sur mon ordinateur, rassure-toi, ami lecteur). On n’est pas sorti de l’auberge.

Qu’a décidé notre martial président (à 4 h du matin) ?

  • Maintenir à un haut niveau l’opération Sentinelle.  L’opération Sentinelle, c’est les bidasses que vous voyez patrouiller dans les gares, les aéroports, les centres villes. S’il y a une mesure qui a fait la preuve de son inefficacité, c’est bien celle-là.
  • Faire appel à la réserve opérationnelle. La réserve opérationnelle, le Ministère de la Défense vous explique ici ce que c’est. C’est le truc nouveau.
  • L’état d’urgence sera prolongé de trois mois. Si l’état d’urgence a servi à assigner à résidence des militants écolos pendant la COP21 et à défoncer les appartements de quelques paisibles citoyens qui avaient le malheur d’être musulmans, il n’a en tout cas pas empêché l’attentat de Nice.
  • Renforcer nos actions en Syrie et en Irak. A 4h du matin, on ne sait pas encore si c’était un fou, un loup solitaire ou un djihadiste affilié à Daesh, mais tapons dans le tas à tout hasard.

Et on s’agite, et on déclare la guerre. France tu es mal partie.

Manuel Valls au JT de France 2 : « C’est un terroriste sans doute lié à l’islamisme radical d’une manière ou d’une autre. » Dans des circonstances pareilles un premier ministre ne devrait pas employer des phrases comportant des sans doute. Il a des services de renseignements, des polices. Soit il a des informations et il affirme, soit il ne sait pas et il se tait.

Je suis peut-être vieux jeu, mais j’ai du mal à faire confiance, pour combattre le terrorisme, à un gars qui a besoin d’un coiffeur 24 heures sur 24.

 

7 réflexions sur « Symphonies, attentats et coiffeur »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.