Impressions de voyage

L’argent

Les pièces d’un dollar existent mais en quatre jours je n’en ai pas vu une seule. Il y a des pièces de quarter (1/4 de dollar) et des plus petites, par exemple 5 cents qu’on vous rend à l’occasion, mais je serais bien en peine de savoir comment s’en resservir, à part en accumuler assez pour faire un dollar.

Donc, on n’utilise quasiment que des billets. Un après-midi, je me suis offert une glace que j’ai payé avec quatre billets d’un dollar. Ça donne l’impression d’être riche.

Les prix sont en général indiqués hors taxes. Donc, quand vous achetez un hotdog, absolument infect d’ailleurs, affiché à deux dollars, on vous réclame 2,18 $, et vous vous retrouvez avec les fameuses petites pièces qui ne servent à rien.

La vie en commun

Si dans les rues, les transports en commun, en France on rencontre des gens incivils (portables à fond, pieds sur les banquettes, agressivité, voire pire), rien de cela à New York. Les gens, autour de vous, sont calmes, polis. Au moindre effleurement, on s’excuse avec empressement. Quand les gens remarquent que vous êtes étranger, on s’empresse de vous aider. Un jeune, voyant que nous étions un couple, mais assis loin de l’autre a changé de place pour nous permettre d’être ensemble. A vérifier dans les autres villes.

La nourriture

Les Américains mangent n’importe quoi, n’importe quand, n’importe où. Il y a des choses qu’on ne fait pas dans la rue, comme boire de l’alcool, d’où l’absence de terrasses de bistrot, en dehors de Little Italy ou Greenwich Village. En revanche, achetez vous un infâme hamburger, asseyez-vous n’importe où (parvis d’église, rebord de fontaine), faites dégouliner la sauce sur le trottoir, ça, c’est permis.

Vous pouvez passer aussi devant les restaurants à n’importe quelle heure (fastfood ou bon restaurant), il y aura toujours des gens en train de manger.

Hotdog