Après la démocratie

Je ne résiste pas au plaisir de vous citer le premier paragraphe de ce livre :

Comment Nicolas Sarkozy a-t-il pu devenir président de la République ? Fébrile, agressif, narcissique, admirateur des riches et de l’Amérique bushiste, incompétent en économie comme en diplomatie, cet homme nous avait pourtant révélé, ministre de l’Intérieur, qu’il était incapable d’exercer la fonction de chef de l’Etat : ses provocations avaient alors rèussi à mettre le feu aux banlieues dans l’ensemble du pays.

Emmanuel Todd est impitoyable avec notre président ainsi qu’avec l’ensemble de nos hommes (femmes) politiques. Mais au-delà de la critique des politiques, il essaie d’analyser les tendances profondes de la société française et même occidentale.

Il constate, analyse ce que nous constatons tous : l’incroyable creusement des inégalités entre riches et pauvres d’un même pays, entre pays riches et pauvres. Cette dérive est justifiée par nos gouvernants au nom de la sacro-sainte loi du marché, ce discours étant même assumé par une bonne partie des politiciens de « gauche ».

E. Todd trouve des explications anthropologiques à la fin des religions, plus généralement à la fin des croyances collectives, ce que les politiciens de droite appellent les idéologies, qui permettent pourtant de voir la société autrement qu’une foire d’empoigne individualiste.

La France, encore plus vite que d’autres pays, est en train de passer d’un système démocratique à un système oligarchique avec des élites complètement coupées du peuple qu’elles sont sensées représenter.
L’exemple le plus flagrant est celui du traité constitutionnel européen. Ce traité, refusé par le peuple en 2005, a été ratifié, en des termes à peine différents par le parlement en 2007. Si le peuple ne vote pas correctement, votons à la place du peuple.

Économiquement, tous les gouvernements s’interdisent d’avoir recours au protectionnisme pour éviter la dislocation du tissu industriel européen au profit des chinois et indiens. Le motif toujours non-dit est de maintenir la pression sur les salaires.

En se basant sur les grands mouvements de société, E Todd contredit chacun des présupposés sur lesquels repose le discours dominant.

Laisser un commentaire