Comme un roi

N’allez pas croire que ce blog devient seulement un site de traduction d’articles allemands mais une fois de plus l’article d’Annika Joeres du journal allemand Die Zeit me semblait apporter un point de vue intéressant. L’original est ici.

Des dizaines de milliers de personnes manifestent en France pour les droits fondamentaux, la liberté et contre la «violence sociale». La longue colère refoulée contre le président Emmanuel Macron est libérée.

La colère est plus grande que la peur : la France connaît l’une des plus grandes manifestations de ces dernières années, malgré la peur de nombreuses personnes du Covid-19 ou la possibilité de violents affrontements avec la police. Lors de la Marche pour la liberté, les centaines de milliers de personnes n’étaient pas préoccupées à nier la crise du Corona. La raison était initialement une loi qui rendrait presque impossible à l’avenir de filmer les policiers en service.

Mais le ressentiment et la colère manifestés samedi à propos de la perte des droits fondamentaux s’accumulent depuis des années. Les manifestants sont concernés par bien plus que la loi de sécurité actuelle. Depuis les attentats islamistes de 2015 les Français ont vécu dans un état d’urgence plus de la moitié du temps. Ce sont toujours le président et son gouvernement qui ont élargi leur pouvoir. Le peuple, en revanche, a perdu ses libertés. Les manifestations, par exemple, peuvent être interdites beaucoup plus facilement aujourd’hui. La marche de la liberté a également été initialement interdite par le préfet de police de Paris. Ce n’est que la veille au soir qu’elle a de nouveau été autorisée par un tribunal.

Les manifestations sont également dirigées contre la «violence sociale», comme on peut le lire sur de nombreux panneaux. Les manifestants ont exigé un impôt sur la fortune et des impôts plus élevés pour les gagnants de la crise corona, comme le marchand en ligne Amazon.

« Macron parle à son peuple comme à des sujets »

Le mouvement autrefois puissant des gilets jaunes est réapparu ce week-end, comme un opposant déterminé à un président de plus en plus solitaire et décisionnaire. En effet, lors de l’épidémie de corona, Macron s’est conduit en monarque comme aucun autre chef d’État européen : il a annoncé le premier et le deuxième confinement en s’adressant depuis son bureau du palais de l’Élysée décoré de stuc. Les journalistes n’étaient pas autorisés à poser des questions, ils ne pouvaient spéculer que pendant une soirée complète sur ce que le président voulait signifier. Veut-il fermer complètement les domaines skiables pour les vacances de Noël ? Ou veut-il l’ouvrir plus tard en décembre ? Les réponses à ces questions seront données par le ministre deux jours plus tard. Par exemple, les domaines skiables peuvent ouvrir mais les remontées mécaniques restent fermées.

« Macron parle désormais à son peuple comme à des sujets sujets », déclare le politologue Arnaud Benedetti. Le professeur de l’Université de la Sorbonne à Paris a publié un livre sur la communication de Macron en 2018 et juge aujourd’hui : «Nous sommes arrivés à une république monarchique». Ironiquement, Macron, qui apparaissait comme un libéral, poursuivait une politique de plus en plus illibérale, caractérisée par la méfiance à l’égard de son propre peuple. Cela a également été confirmé par les dispositions parfois absurdes du confinement. Par exemple, les attestations avec lesquelles chaque citoyen doit déclarer par écrit s’il quitte la maison pour acheter une baguette ou pour emmener les enfants à l’école. « Dans sa campagne électorale, Macron a toujours fait l’éloge de la soi-disant société civile, mais ce n’était que du marketing. En réalité, il croit en une élite technocratique qui sait mieux que tout le monde – et que Macron incarne lui-même », a déclaré Benedetti.

Le président dans son palais et les Français épris de liberté ne s’entendent plus. Les Français n’ont pas oublié que cet été, en pleine crise économique et sanitaire, Macron a fait rénover son bureau de l’Élysée pour 900 000 euros et 15 000 feuilles d’or collées aux murs. «Quand je vois comment les éléments reviennent à la vie, comment les fleurs et les nymphes ressortent à nouveau, c’est comme neuf», s’est-il enthousiasmé dans une interview.

Macron décide dans le cercle le plus restreint pour des décisions aussi importantes que la fermeture des restaurants d’ici la fin du mois de janvier. Toutes les discussions sur le Corona et les règles du deuxième confinement ont lieu au Conseil secret de la défense. Il comprend des experts invités par Macron, les ministres de l’Intérieur et de la Défense, les premiers ministres et des officiers. Habituellement, il n’y a que dix personnes, pour la plupart des hommes. Parfois le groupe se réunit dans un bunker à soixante-dix mètres sous terre, toutes les notes sont classées «secrets d’État», brûlées ou conservées dans un coffre-fort.

Les confidents de Macron ont déclaré au quotidien Le Monde que le président apprécie de pouvoir prendre des décisions rapidement sans avoir à discuter longtemps de la question. Comme son nom l’indique, le Conseil de défense est conçu pour les décisions militaires et s’est réuni moins de dix fois les années précédentes. Sous Macron, il se réunit une fois par semaine.

La critique de l’exercice solitaire du pouvoir

« Nous sommes dans une crise sanitaire, nous ne sommes pas en guerre. Le Parlement et non l’armée devrait décider de notre politique du corona », estime Clémentine Autain, membre du parti de gauche La France Insoumise. Mais même les conservateurs, dont certains soutiennent la loi sur la sécurité de Macron, critiquent les décisions solitaires du président. Le sénateur conservateur Marc Brisson dit avoir vu de nombreux présidents « hyperactifs », mais Macron pousse la démocratie présidentielle française dans une direction dangereuse.

« Nous sommes dans une crise, mais le temps de discuter de bonnes lois n’est jamais perdu », déclare l’ancien professeur d’histoire. Il cherche les mots justes, il ne veut pas critiquer Macron à la légère, ne veut pas nuire à la fonction de président, souligne-t-il à plusieurs reprises. Mais Brisson est inquiet. « Macron met en danger notre séparation des pouvoirs. Ses ministres sont paralysés, les parlementaires intimidés. Nous sommes de retour dans l’esprit de Napoléon – tout pouvoir à un seul homme. »

Les vidéos de violence policière choquent beaucoup de monde

Certains ministres admettent maintenant qu’ils ne connaîtront pas les projets du président tant qu’il ne prononcera pas son discours à la télévision. Son ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, a déclaré quelques heures avant la fermeture de toutes les écoles en mars qu’elles resteraient définitivement ouvertes. Pourtant, il ne voulait pas critiquer le président pour avoir fait cavalier seul.

Les députés de La République en marche (République en mouvement) ne freinent pas non plus la dérive monarchique de Macron. Dans l’interview, la plupart d’entre eux ne critiquent pas le style de Macron. Ils considèrent que leur tâche la plus importante consiste à envoyer les vœux de leur président à leur circonscription, par e-mail ou par lettre. Beaucoup ne lui ont pas parlé depuis des années. Plus d’échange serait bien, estime Jean-Marc Zulesi, à 32 ans le plus jeune parlementaire du parti de Macron. Mais il voit son travail comme un «service après-vente» – une sorte de service client. «Nous faisons avancer ses idées», explique l’ingénieur.

Cette semaine, cependant, le «service client», ou la promotion des idées de Macron, est particulièrement difficile. La loi sur la sécurité de son ministre de l’Intérieur intervient à un moment où deux vidéos de violences policières secouent le pays: Lundi, des gendarmes ont fait sortir de force les réfugiés de leurs tentes d’urgence en plein Paris et par une froide soirée.

Le retour des gilets jaunes

Jeudi, plus de 13 millions de personnes ont regardé une vidéo de huit minutes réalisée dans le studio d’enregistrement du producteur noir de musique Michel Zecler: Zecler, comme vous pouvez le voir, est battu sans raison par des policiers et finalement chassé de son propre bureau avec des gaz lacrymogènes puis arrêté sous la menace d’une arme par une patrouille. Comment Macron peut-il faire respecter une loi à ce stade qui rendrait de tels vidéos plus difficiles? Une loi qui a été durement critiquée par l’ONU et les syndicats des médias ?

Macron, le plus jeune président de l’histoire de France, a un jour pris ses fonctions pour débarrasser la France du bagage désuet : il rêvait d’une start-up nation, de créateurs qui, comme «premieres de cordée tirent le reste». Premiers de cordée à ses yeux, les entreprises et les millionnaires, Macron a supprimé les impôts et augmenté leur richesse. Les pauvres sont devenus plus pauvres, ils n’ont pas été entraînés avec eux, mais oubliés dans la vallée. La semaine dernière, Caritas a publié un rapport selon lequel une personne sur huit en France n’a pas assez d’argent pour acheter suffisamment de nourriture. C’est plus que jamais.

Ils comprennent également de nombreux gilets jaunes, dont des centaines de milliers se sont battus pour une taxe sur les riches et leur reconnaissance dans les ronds-points et les manifestations en 2018 : chauffeurs de bus, infirmières, journaliers et chômeurs se sont sentis négligés par le président, même alors Macron était souvent caricaturé avec une couronne royale sur leurs pancartes en carton. Un an plus tard, des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue, cette fois contre sa réforme des retraites, qui aurait signifié une vie active plus longue et des retraites moins élevées pour beaucoup.

Puis ça s’est calmé – la pandémie corona est arrivée. Maintenant, les gilets jaunes sont de retour aussi.

Les manifestations actuelles ne sont que le calme avant la tempête. « Objectivement, le fossé entre la société française et son président se creuse », déclare le politologue Benedetti. Il y a des fusibles partout qui s’enflamment à la moindre étincelle. En France, cependant, il y a une grande méfiance. Pour la plupart des Français, l’État n’est plus providence mais menaçant. Macron doit de toute urgence limiter son pouvoir – mais il ne le fera probablement pas.

Laisser un commentaire