Catégories
Voyages, voyages

Jo et Zette à Jerusalem

Après une semaine passée en Jordanie, nous avons encore à notre programme 4 jours à Jérusalem. En effet, il n’y a que 70 km à vol d’oiseau entre les deux capitales.

Le Kaiser et la Kaiserine à Jérusalem en 1898
Le Kaiser et la Kaiserine à Jérusalem en 1898

Mais qui dit trajet court ne dit pas forcément rapide :

  • en taxi jusqu’au poste-frontière du pont King Hussein  40 mn,
  • formalités  jordaniennes, attente, navette pour passer le pont Allenby (c’est le même pont sur le Jourdain) 40 mn,
  • attente, abandon des bagages, formalités, attente, formalités, attente, récupération des bagages au poste-frontière israélien 80 mn
  • minibus jusqu’à Jérusalem, porte de Damas 40 mn,

soit au total plus de 3 heures pour faire 70 km. Peut-être est-ce parce que beaucoup de Palestiniens revenaient du pèlerinage à la Mecque.

Notre hôtel est situé à proximité de la porte de Damas, l’entrée nord de la vieille ville, soit dans la ville arabe. Jérusalem, qui était coupée un peu comme Berlin, jusqu’en 1967 a été unifiée après la guerre des 6 jours par les Israéliens. Les Arabes qui y vivent ont un statut spécial et circulent librement dans les différents quartiers de la ville à l’inverse des Palestiniens des territoires occupés dont les déplacements sont strictement règlementés.

Jérusalem occupe un ensemble de collines. Le sud et l’est sont arabes, très animés, très commerçants le jour, assez déserts le soir… et très sales, l’ouest et le nord plutôt juifs, le tout organisé autour de la vieille ville. Si la ville arabe a toutes les caractéristiques d’une cité arabe avec ses souks, ses échoppes traditionnelles, la partie juive a des airs de ville du sud de l’Europe (rues larges, trams, bus, restaurants à l’européenne).

La vieille ville est un rectangle inclus dans dans les murailles du XVIème siècle. Elle est divisée en 4 quartiers :

  • au nord-est le quartier musulman très commerçant, très animé dans la journée,
  • au nord-ouest le quartier chrétien plutôt animé également, par les touristes occidentaux,
  • au sud-est le quartier juif adossé au Mur des Lamentations : un ensemble de ruelles très calmes, souvent vides,
  • au sud-ouest le quartier arménien.

Jérusalem est vraiment la ville des religions, dans leur version les plus superstitieuses. Dans la basilique du Saint-Sépulcre, des pèlerins (surtout des femmes issues des pays slaves), se prosternent, embrassent tous les monuments (tombeau du Christ, Golgotha, etc.). Les rues principales de la vieille ville sont parcourues par des Juifs orthodoxes coiffés de leurs chapeaux en fourrure et vêtus de leurs vêtements traditionnels issus de la Pologne du XIXème siècle. D’un pas rapide ils se rendent dans des lieux connus d’eux seuls. Ils portent tous des lunettes, quel que soit leur âge (les hommes).

Le Mur des Lamentations surplombé par l'esplanade des mosquéees
Le Mur des Lamentations surplombé par l’esplanade des mosquéees

A l’ouest de Jérusalem une autre ville : de vastes avenues, un tram moderne, la Knesset, des restaurants, des bars, le mémorial Yad Vashem.

Le mémorial Yad Vashem est un grand complexe dédié à la Shoah. On peut bien entendu voir l’histoire du génocide. Le Jardin des Justes  honore ceux qui ont su réagir. De grandes plaques contiennent des listes de noms. Un honneur pour la France : c’est un des pays qui a le plus de plaques.

Jérusalem a aussi deux magnifiques musées, le musée de l’histoire de Jérusalem situé dans la Tour de David, à l’entrée de la vieille ville par la Porte de Jaffa et le musée d’Israël à l’ouest de la ville, à proximité de la Knesset.

L’album-photos

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.