Macron en guerre contre son peuple

Je me suis abstenu jusqu’à présent de mettre mon grain de sel sur ce qui nous arrive mais, là, c’est trop.

Tout a été dit, à condition de s’informer ailleurs que dans les média inféodés au pouvoir. Impréparation, insouciance du président et de son gouvernement. Juste, à titre d’exemple, entre les deux images ci-dessous il s’est passé cinq jours :

Con… finement

Intéressons-nous au confinement. C’est quelque chose qui tombe sur tous les Européens en ce moment. Mais en France, il a une saveur particulière. En effet, exceptons les deux pays les plus durement touchés, l’Italie et l’Espagne. En Allemagne et en Belgique, pays que je connais bien, le confinement est plutôt bon enfant.
En Belgique, les salons de coiffure peuvent être ouverts mais avec un seul client à la fois, les autres étant priés de faire la queue sur le trottoir. Ah ! ces Belges !
En Allemagne, Merkel, cette irresponsable, autorise les Allemands à faire du sport, à se promener. Elle leur explique bien que ce qu’il faut éviter c’est les contacts avec les personnes extérieures à leur propre foyer.

En France on n’explique pas. On dit « Restez chez vous ». Si on veut sortir il faut transporter un papier qui dit pourquoi on sort.

  • « Je sors promener mon chien ». Le témoignage du chien n’est pas pris en compte.
  • « Je sors faire des courses ». Un caddy plein n’est pas une preuve.

Les Français sont les seuls Européens qui doivent s’écrire eux-même une autorisation de sortie, maintenant limitée à une heure et un km du domicile. Il faut à tout prix que les Français ne sortent pas de chez eux. On oublie complètement le but premier de ce confinement, que les Français ne se rencontrent pas, ne se contaminent pas les uns les autres. On pourra donc verbaliser un pékin qui se promène tout seul sans rencontrer personne. Confinement particulièrement répressif renforcé le 23 mars. Comme le dit le premier ministre, la majorité des Français respectent les règles du confinement mais quelques uns ne veulent pas. Punissons donc tout le monde en renforçant les règles pour tout le monde.

Et ce sont les forces de l’ordre qui jugeront de la réalité du déplacement

Sur France2 le 26 mars

Réponse du ministre : « S’ils ont le sentiment que la personne les bluffe un peu, ruse ils ont la possibilité de poursuivre les investigations. »
Les investigations ??? De quoi il parle ce crétin ? de dangereux malfaiteurs ?
On est dans l’arbitraire le plus total. Je fais mes courses. J’achète une bouteille de whisky parce que un petit whisky le soir ça fait passer le spleen du confinement. J’ai le droit d’acheter, le marchand a le droit de me vendre mais un pandore bas du front pourra me coller une amende de 135 € parce qu’il estime que ce n’est pas de première nécessité ? Ne riez pas. Les « rézosocios » regorgent de ce genre d’anecdotes.

Il y a quelques semaines notre présidenticule nous enjoignait d’essayer la dictature. Merci notre bon maître de nous donner si rapidement l’occasion d’essayer.

Laisser un commentaire