Terres de sang (Timothy Snyder)

Dernier (gros) livre lu : TERRES DE SANG de Timothy Snyder (éditions Gallimard). Timothy Snyder est un historien, professeur à l’université de Yale. Il s’est intéressé aux meurtres de masse perpétrés par Staline et Hitler dans une zone comprenant la Pologne, les pays Baltes et l’ouest de l’Union soviétique (Ukraine, Biélorussie).

Les terres de sang sont un territoire comprenant la Pologne centrale, l’Ukraine, la Biélorussie, les pays Baltes et la partie occidentale de la Russie. Ces terres connurent des meurtres de masse encore jamais pratiqués dans l’histoire. 14 millions de personnes furent assassinées soit par le régime nazi, soit par le régime staliniens. Il ne s’agit pas de victimes de la guerre, il ne s’agit pas de soldats en armes mourant au combat. Il s’agit de gens délibérément assassinés, les Juifs bien entendu mais aussi les Polonais, les Ukrainiens, les Biélorusses et les Baltes (Lituaniens, Lettons et Estoniens). Leur mort n’était pas liée à la guerre dans laquelle ces deux régimes furent alliés (en se partageant la Pologne) puis ennemis, après l’attaque surprise de l’URSS par la Wehrmacht le 22 juin 1941.

Laissons Timothy Snider résumer ces tueries :

« La tuerie commença par une famine que Staline infligea à l’Union soviétique et qui coûta plus de 3 millions de vies. Elle continua avec la Grande Terreur des années 1937 et 1938, qui vit l’exécution de 700 000 personnes, pour la plupart des paysans et des membres des minorités nationales. Les Soviétiques et les Allemands coopérèrent ensuite à la destruction de la Pologne et de ses classes éduquées , tuant quelques 200 000 personnes entre 1939 et 1941. Après que Hitler trahit Staline et ordonna d’envahir l’Union soviétique, les Allemands affamèrent les prisonniers de guerre soviétiques et les habitants de Leningrad assiégée, prenantla vie de plus de 4 millions de personnes. Dans l’Union soviétique, la Pologne et les pays Baltes occupés, les Allemands tuèrent et gazèrent quelques 5,4 millions de Juifs. Allemands et Soviétiques s’incitèrent mutuellement à des crimes toujours plus grands, comme dans les guerres de partisans pour la Biélorussie et Varsovie, où les Allemands tuèrent près d’un demi-million de civils. »

Le récit de Timothy Snider renverse l’image qu’on a de la barbarie nazi. L’image prégnante en occident est celle d’Auschwitz, du camp de concentration. Or la plupart des Juifs et non-Juifs tués dans les terres de sang ne virent jamais un camp de concentration. Ils furent délibérément affamés ou exécutés sur place et jetés dans des fosses – surtout en Union soviétique – ou gazés dès leur arrivée dans des usines de la mort (Treblinka, Sobibor, Birkenau) – surtout en Pologne.

Même les Juifs d’Europe occidentale furent amenés dans les terres de sang pour y être exterminés.

Sur plus de 600 pages Timothy Snyder fait le récit de ces exactions. Les souffrances qu’on endurées ces peuples sont sans commune mesure avec celles endurées par aucun autre peuple européen. Et encore, la guerre n’a pas tourné comme les nazis le prévoyait. Un plan de la faim prévoyait de laisser mourir de faim 30 millions de personnes en Union soviétique pour acheminer les vivres en Allemagne.

Le régime nazi, vaincu de la guerre, fut jugé (mais de loin pas tous ses serviteurs) par les alliés et la communauté internationale. Mais le régime soviétique qui était dans le camp des vainqueurs, imposa sa vision de l’histoire jusqu’à la fin des années 80 et la glasnost de Gorbatchev. Il fallut ainsi attendre 50 ans pour apprendre que les 4000 officiers polonais assassinés à Katyn l’ont été par les Soviétiques et pas par les nazis.

 

Laisser un commentaire