Charlie Hebdo : la stupidité n’est pas l’apanage des djihadistes

Lundi 12 janvier, le soufflé ne retombe pas. Hier, journée historique où le peuple français a manifesté son unité et son refus du terrorisme. Mais, certains, ça leur monte à la tête.

Christophe Deloire

Directeur général de RSF France
Secrétaire général de RSF International

Concert de soutien à Charlie Hebdo sur France 2 dimanche 11/01/2015 à 20h15

Au bout d’une heure et demie il a la parole. Je retranscris :

Je lance un appel. Nous devons exiger dorénavant que soit reconnu par tout le monde le droit au blasphème.Il faut que tous les religieux, y compris l’infime minorité qui aujourd’hui considère que le blasphème est condamnable, cesse cela.

Si je comprends bien, un musulman qui considère que dessiner le prophète avec des bombes dans le turban est un blasphème, n’a même plus le droit de le penser. La liberté progresse.

Dans les prochains jours Reporters sans frontières va mettre sur la table une charte qui précisera que les responsables religieux, et nous la ferons signer aux responsables religieux, qu’ils reconnaissent qu’ils peuvent avoir des pensées, des croyances qu’eux-mêmes reconnaissent comme sacrées mais qu’ils ne sauraient imposer ce sacré à autrui.

Pourquoi faire ?

Sont punis de la peine d’amende prévue pour les contraventions de la 5ème classe et d’un emprisonnement de six jours à deux mois ou de l’une de ces deux peines seulement ceux qui, soit par voies de fait, violences ou menaces contre un individu, soit en lui faisant craindre de perdre son emploi ou d’exposer à un dommage sa personne, sa famille ou sa fortune, l’auront déterminé à exercer ou à s’abstenir d’exercer un culte, à faire partie ou à cesser de faire partie d’une association cultuelle, à contribuer ou à s’abstenir de contribuer aux frais d’un culte.
Article 31 de la Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Eglises et de l’Etat

Il y a une loi. Il suffit de l’appliquer.

Et mon rêve ce soir, c’est que dans quelques semaines, quelques mois, les rabbins, les curés, les imams, tous puissent mettre à la porte de leurs édifices religieux cette charte qui incite leurs ouailles à reconnaître que la liberté d’expression n’a pas de religion.

Personnellement, je n’ai pas de religion. Les dessins blasphématoires de Charlie Hebdo, certains je les ai trouvé drôles d’autres pas, mais en tout cas, ils ne m’ont jamais choqué. Cla dit,les gens qui croient en Jésus, Yahvé ou Allah, il y a un moment où on peut leur foutre la paix.

Son intervention en replay pendant 7 jours ici.

Caroline Fourest

Le débat des Matins de France Culture 12/0/2015 8:19

Elle parle des élèves qui ont refusé la minute de silence pour Charlie Hebdo (« la plupart sans doute, peut-être issus des quartiers populaires ») :

des élèves qui ne connaissent pas la différence entre racisme et blasphème, qui pensent que se moquer, rire d’un prophète c’est se moquer, être raciste envers les musulmans…

Quel que soit celui qui se moque du prophète, il n’y a jamais la moindre once de racisme ?

C’est une proposition que j’ai faite à la ministre de l’éducation nationale. Elle y est sensible et j’espère qu’on va pouvoir réellement se donner les moyens de le mettre en place. Que les cours de dessin et d’art plastique deviennent des cours de dessin, d’art plastique et de caricature.

Heureusement que les frères Kouachi n’ont pas assassiné une strip-teaseuse !

Vous pouvez écouter son intervention ici à partir de la quatrième minute. Tout son discours transpire le racisme et le mépris. Au-delà du périphérique, il n’y a que des débiles acculturés.

Laisser un commentaire