Ils ne comprendront jamais

Lundi 21/02/2011. François Baroin, ministre du budget est l’invité du Grand Journal de CanalPlus. On parle de la Lybie et de Khadafi. A ce moment-là, on sait déjà que Khadafi utilise des mercenaire et son aviation pour tirer sur les protestataires. Baroin essaie difficilement de justifier le camping de Khadafi en face de l’Elysée en décembre 2007.

Question : « On devait lui vendre des avions, non ? des Rafales ?  Ça c’est fait ou pas ? ». Réponse :

Une fois de plus un lien vers le blog de maître Eolas : http://www.maitre-eolas.fr/post/2011/02/17/Les-rapports-dans-l-affaire-Meilhon.

Cette fois-ci, l’avocat s’est imposé la lecture des deux rapports d’enquête sur l’affaire Tony Meilhon, l’assassin présumé de Laëtitia, celui de l’Inspection des Services Judiciaires en ce qui concerne les juges et celui de l’Inspection des Services Pénitentiaires en ce qui concerne les CIP et autres fonctionnaires de la pénitentiaire.

Maître Eolas résume très bien ces 63 pages de rapports administratifs (quel courage !). A cette lecture, il apparaît que, si de multiples dysfonctionnements ont eu lieu, on peut difficilement trouver un fautif direct dans la chaîne judiciaire qui a eu à s’occuper de Tony Meilhon.

Les plus fautifs semblent les politiques qui, faute de crédits, obligent ces fonctionnaires et ces juges à travailler en sous-effectif en utilisant des ruses pour pouvoir continuer à suivre les condamnés.

Entre temps on a appris que le directeur interrégional des services pénitentiaires de Rennes venait d’être limogé, alors qu’il n’a personnellement pas été mis en cause dans cette affaire. Rassurez-vous, il est nommé à l’Inspection des Services Pénitentiaires et pourra lui-aussi maintenant pondre de tels rapports.

Vous prenez un fonctionnaire haut placé, vous le mutez sur un autre poste qui n’est pas vraiment une sanction et Sarko pourra dire : « J’avais raison, il y avait faute et il y eu sanction ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.