Jo et Zette en Jordanie (I)

La Jordanie c’est Petra, la mer Morte, la mer Rouge, le désert de Wadi Rum.

Jo et Zette en Jordanie

La Jordanie, c’est d’abord l’aéroport d’Amman. Tout neuf, l’aéroport d’Amman. C’est vrai qu’il est beau et imposant le Queen Alia Airport pour un petit pays de six millions d’habitants mais presque deux heures entre le moment où nous sommes sortis de l’avion et celui où nous sommes sortis de l’aéroport, c’est long.

Un élégant jeune homme venu nous accueillir au nom de notre voyagiste nous pousse dans un monospace et le chauffeur démarre. Il prend une grande route à 4 voies direction Amman. Au bout de 3 km, il fait demi-tour et repart vers l’aéroport. Juste en face de la voie d’accès de l’aéroport, il prend une petite route défoncée que seuls les habitués peuvent connaître. Il est 11h30 et nous commençons à être inquiets. Serais-ce un enlèvement ? Al Qaida ? Moi, timidement : « We go to Amman ? ». Le chauffeur : « No, we go to Madaba. » Le départ par Madaba c’est effectivement la variante qui nous avait été proposée. Arrivée au Salome Hotel. Simple mais confortable, il n’est visiblement pas destiné aux touristes. Nous sommes les seuls « occidentaux » (en tout cas à cette heure-ci).

Le lendemain matin nous faisons connaissance de notre guide jordanien et de notre groupe. Tout de suite départ vers le Mont Nébo et la mer Morte. Rappelons à ceux qui auraient négligé les révisions de la bible ces derniers temps que Moïse, à qui Yahvé avait interdit l’entrée de la Terre Promise (Deutéronome 34:1), put, de ce mont, admirer Canaan, la vallée de Jericho, etc. Une basilique byzantine en restauration, donc impossible à visiter et un mémorial commémorant la visite de Jean-Paul II en 2000, le Mont Nébo ne vaut que par la vue qu’il donne effectivement sur la vallée du Jourdain, la mer Morte et les territoires occupés en face. Vue cependant très moyenne aujourd’hui, vu la brume. Bain dans la mer MorteC’est une constante dans cette région, soit un vent assez fort et une vue dégagée, soit pas de vent ou presque et les paysages sont noyés dans une brume laiteuse (pollution ?).

Descente vers la mer Morte et baignade rituelle. C’est vrai qu’on peut s’asseoir dans l’eau. Par contre impossible de se mettre sur le ventre et de nager. De plus, la moindre petite éraflure est irritée par cette eau à 25% de sel.

Après un bon repas, départ vers Jerash. A propos des repas, on pourrait définir la cuisine jordanienne comme une cuisine libanaise en un peu plus « rural ». La base : l’inévitable hoummous, crudités puis viande grillée avec du riz.

Jerash est une ville de 120 000 habitants au nord d’Amman et dans la ville se trouve la cité de Gerasa fondée au IVème siècle av J.C. (par Alexandre le Grand dit la rumeur), puis occupée par les romains et les byzantins. Forum, théâtres, hippodrome, arc d’Hadrien, rien que du classique. Sauf les bédouins celtes qui se produisent dans le théâtre.

Deuxième jour

Le deuxième jour, départ à 8H00. Nous partons dans le sud. Beaucoup de minibus à prévoir. Nous partons vers Kerak. Kerak est une ville jordanienne surplombée par un « Krak« , ces châteaux-forts construits par les croisés pour faire main basse sur les richesses de la Terre Sainte. Appelée aussi Al Karak, la ville était aux temps bibliques la capitales des Moabites. Le Krak était le siège de Renaud de Châtillon, un des croisés les plus sanguinaires. A voir la citadelle, c’est compréhensible. Il s’agit d’un ouvrage militaire avec des murs de plusieurs mètres d’épaisseur, des meurtrières mais rien qui soit dévolu au confort des habitants.

Pour le déjeuner, nous avons droit au plat national jordanien, le mansaf : morceaux d’agneau cuits dans du lait caillé. Et oui, je pense comme vous : « pauv’bête » !

Après quelques heures de minibus nous arrivons enfin à Little Petra. C’est un aperçu du site de Petra en plus petit, avec ses habitations troglodytes et ses tombeaux creusés dans la roche.

L’album-photo

4 réponses sur “Jo et Zette en Jordanie (I)”

  1. Salut Roland,

    Avec un peu de retard, mais je ne me sers plus de l’adresse EMail que tu as employé trop de pub, voir celle-ci.

    Après ce merveilleux voyage, retour à la dure réalité de la vie en France et en Belgique pour nous aussi.

    Bisous à vous deux,

    Véro, Hubert

  2. A quand le récit des jours suivants?
    Ton journal de voyage, y comrpis les photos, m´a bien plu. Un petit brin d´aventure assise à mon bureau.
    A bientôt,
    Marie-Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.